Chauffage par le sol

La structure et la composition d’un parquet multicouche Lalegno le rendent plus adéquat qu’un parquet massif pour le chauffage par le sol. Un parquet constitué de deux ou plusieurs couches est, en effet, plus stable qu’un produit monocouche (bois massif). La pose d’un parquet sur un chauffage par le sol doit être effectuée par des professionnels.

Y a-t-il une largeur ou épaisseur maximale pour les planches de parquet?

Il n’existe pas de règles strictes en la matière. Pour un changement de proportions identiques, les planches larges présentent un mouvement nominal plus important que les planches étroites. Leur retrait formera donc aussi un joint plus conséquent. Une bonne technique consiste à tenir compte du "facteur d’élancement" S (rapport largeur/épaisseur de la planche). Nous recommandons une valeur entre 8 et 11. Les planches élancées (larges et minces) présentent, pour le même mouvement, un risque plus élevé de déformations que les planches "moins minces".

Avant de poser votre parquet, vérifiez soigneusement si toutes les conditions sont satisfaites pour une pose correcte sur un chauffage par le sol.

Veillez à la structure adéquate du plancher

Assurez-vous que le plancher présente la structure adéquate, avec tous les éléments nécessaires dans le bon ordre.

  1. Parquet
  2. Chape
  3. Armatures
  4. Éléments de chauffage
  5. Écran d’humidité
  6. Isolation thermique et/ou acoustique
  7. Écran d’humidité
  8. Dalle portante

Choisissez le système de chauffage adéquat

En cas de pose d’un parquet sur un chauffage par le sol, il est très important de limiter la température d’eau chaude à 45° C. Pour des raisons de confort thermique, il est en outre préférable que la température de surface du plancher (différente de la température de l’air) ne dépasse pas 25° C (max. 28° C).

Respectez le temps de séchage de la chape

Le taux d’humidité maximal d’une chape combinée avec un chauffage par le sol est de 2 % si elle est liée au ciment et de 0,6 % si elle est liée à l’anhydrite.

Attention à l’humidité relative de l’air

L’humidité relative de l’air à la surface du plancher doit être supérieure à 45 %. L’expérience pratique démontre qu’il vaut mieux utiliser le chauffage par le sol comme chauffage de base et le combiner avec des convecteurs pour un chauffage de pointe ou un réchauffement rapide. N’utilisez, de préférence, le chauffage par le sol comme chauffage principal que dans des immeubles bien isolés.

Suivez la procédure adéquate pour l’activation du chauffage

Après la réalisation de la chape, le système de chauffage doit être mis en route lentement, à l’issue du délai d’attente adéquat (selon votre chape). Ne jamais utiliser le système de chauffage avant que la chape ne soit suffisamment sèche (voir la section "Respectez le temps de séchage de la chape"). Il faut augmenter la température de l’eau de 5°C par jour jusqu’à ce qu’elle atteigne 45° C, ou que la chape ait une température de 28° C en surface. 48 heures avant la pose du parquet, le chauffage doit être désactivé ou maintenu à très basse température. La température maximale est alors de 15° C pour la surface et de 18° C pour l’air ambiant. Ces deux critères doivent être respectés. Il est important que les conditions de pose soient adéquates et correspondent à un climat intérieur 'normal'. La température ne pourra augmenter graduellement que 3 jours après la pose du parquet, à raison de 5° C maximum par jour pour l’eau chaude.

Veillez à la pose correcte du parquet

Pour un transfert thermique optimal du chauffage par le sol vers les diverses pièces, le parquet doit être de préférence collé. Avant d’y procéder, vérifiez si votre colle convient pour une combinaison avec un chauffage par le sol. Les colles thermodurcissantes donnent les meilleurs résultats avec ce type de système et sont donc recommandées (en pratique, il s’agit généralement d’une colle PU bicomposant). Consultez votre distributeur Lalegno pour de plus amples renseignements. Dans la pratique, les poses flottantes sont généralement combinées avec une sous-couche d’isolation acoustique. Il s’agit d’un matériau cellulaire présentant une certaine résistance thermique (air statique), et donc peu adéquat pour une combinaison avec un chauffage par le sol. Évitez les couches d’air autant que possible car elles exercent un effet thermo-isolant. Leur présence réduira encore le rendement de l’installation de chauffage. 
ATTENTION: une fois posé sur le chauffage par le sol, le parquet ne peut pas être revêtu, par exemple, de Tetra Pak ou d’autres matériaux imperméables à l’air et à la chaleur. Ils suscitent, en effet, une accumulation de chaleur et causeront des dommages irrémédiables au plancher (la membrane de protection Lalegno ne convient pas pour cette application).

Protocole de montée en température

Le protocole de montée en température du système de chauffage par le sol doit être respecté avant, pendant et après la pose du parquet. Et ce, pour toutes les installations de ce type. Un protocole de montée en température est un fil conducteur qui s’étend de la première activation à la mise en service définitive en passant par la finition. Pour les parquets, il importe néanmoins de toujours plafonner la température de l’eau chaude à 45°C, car de brusques écarts thermiques pourraient leur causer des dommages permanents. Il est en outre impératif de respecter certains critères et exigences concernant les températures maximales à la surface du plancher (température de confort : 25° C (max. 28° C)) ainsi que les fluctuations thermiques (fissuration). La garantie de Lalegno est caduque en cas de non-respect de ces directives.
Le protocole de montée en température doit être observé et maintenu. Comme l’offre de chauffages par le sol est très variée, il vaut mieux vous adresser au fabricant du système installé pour connaître le protocole adéquat. 
Important: la désactivation du système doit suivre la procédure en ordre inverse. Pour éviter au maximum les fluctuations thermiques, il est déconseillé de baisser le thermostat le soir et de l’augmenter le matin.

Hygrométrie relative et hygrométrie d’équilibre

Hygrométrie d’équilibre: 55% (±10%)
Température d’air d’équilibre: ± 20°C

Réactif à l’humidité et non à la chaleur, le bois se rétracte en cas de sécheresse et gonfle lorsqu’il absorbe de l’humidité. Contrairement à la plupart des autres matériaux, il rétrécit donc (par assèchement) s’il est chauffé. L’humidité du parquet varie selon l’environnement, avec les conséquences qui s’ensuivent : il peut s’ouvrir par compression dans une maison humide, et même se bomber sous des conditions extrêmes (il faut alors un déshumidificateur). En cas de sécheresse exceptionnelle, en revanche, il continuera à se rétracter et des interstices se formeront entre les planches (d’où la recommandation de placer des humidificateurs durant la saison froide). Le chauffage provoque un assèchement : les pièces sont plus sèches en hiver qu’en été. Le séchage extrême du parquet avant la pose n’est pas une solution car les planches risquent alors de se déboîter par surdilatation lors d’un été humide. Il est donc essentiel d’optimiser l’harmonie entre les différentes composantes.

Enfin, il faut toujours tenir compte des extrêmes plus prononcés d’hygrométrie relative en été et en hiver, de sorte que de petites fentes entre les sections du parquet ne peuvent jamais être totalement exclues.

Le parqueteur en informera le client et fournira des consignes d’utilisation et d’entretien claires pour le revêtement de sol.

Conditionnement du parquet à installer

Les planches de bois doivent pouvoir s’acclimater au moins 48 heures, dans leur emballage fermé, à l’endroit où elles seront posées.

Le bois est un matériau naturel, qui se rétracte ou se dilate sous l’effet des fluctuations thermiques et du taux d’humidité. Il est donc essentiel d’utiliser correctement le système de chauffage par le sol, afin d’éviter des dommages irréversibles pour le parquet.

Résistance thermique

Le chauffage par le sol diffuse sa chaleur dans l’environnement via la sous-couche et le revêtement de sol. Ces derniers exercent sur le transfert thermique un effet ralentissant qui dépend de la valeur isolante des matériaux présents sous le système. Deux facteurs cruciaux à cet égard sont le coefficient de conductivité thermique (Lambda (λ)) et l’épaisseur du matériau. La résistance peut être calculée via la formule suivante:

La résistance thermique est exprimée en R [ m².K/W]

 

La valeur R correspond à la puissance d’isolation thermique d’une couche de matériau. L’épaisseur du matériau, en mètres, est divisée par la valeur Lambda (λ). Plus la valeur est élevée, meilleure est l’isolation.

Coefficient de conductivité thermique des parquets Lalegno : 0,14 (λ) W/mk

Résistance thermique, valeurs R des parquets Lalegno:

  • Parquet Lalegno 10 mm: 0,07 m2.K.W-1
  • Parquet Lalegno 15 mm: 0,11 m2.K.W-1
  • Parquet Lalegno 21 mm: 0,15 m2.K.W-1

 

Valeurs seuils pour un bon transfert thermique:

Si chauffage d’appoint: 0,18 m2.K.W-1 (somme des résistances thermiques au-dessus des éléments chauffants)

Si chauffage principal: 0,14 m2.K.W-1 (somme des résistances thermiques au-dessus des éléments chauffants)

 

Vous pouvez aussi calculer diverses combinaisons en additionnant les résistances thermiques (valeurs Rm) de la chape, de la sous-couche, de la colle et du revêtement de plancher. La comparaison du résultat avec les seuils d’applicabilité permet d’adapter le choix du parquet, de la colle ou de la sous-couche.

 

Calculez vous-même l’émission de chaleur maximale Q comme suit:

To= température de surface maximale admissible de la chape sous le parquet

Rc= résistance de conductivité thermique du parquet

Tr= température de la pièce

Rl= résistance de transfert thermique = 0,083

Types de chauffage par le sol

Système humide (tuyaux dans la chape)

Ce système intègre les tuyaux de chauffage dans la chape (couche d’enduit). La résistance de conductivité théorique de la chape doit se situer entre 0,10 et 0,12m2 K/W. Un facteur important réside dans la couche de finition au-dessus des tuyaux de chauffage. Elle doit avoir au minimum 3 cm d’épaisseur, par souci de solidité et de répartition adéquate de la chaleur dans le plancher.

Système sec (avec des résistances électriques)

Ce type impose moins de conditions connexes que le système humide. Des dalles d’isolation/portantes en polystyrène ou en carton sont posées sur le sol de construction. On y place ensuite des plaques thermoconductrices rainurées pour le montage des tuyaux de chauffage en matière plastique. Enfin, ces derniers sont recouverts d’un plancher de finition.

Chauffage par le sol électrique

Chauffage basse tension intégré dans une épaisse couche d’enduit ou de microbéton. Certains systèmes s’installent dans des tapis sur la couche d’enduit. Ils peuvent néanmoins générer d’importants écarts de température et ne doivent donc pas être combinés avec des parquets Lalegno.

Quelles sont les essences de bois adéquates?

Le hêtre et le jatoba sont des essences fibreuses, non compatibles avec un chauffage par le sol. Leurs planches sont, en effet, plus sensibles à l’humidité et plus rapidement déformées. Le bois doit toujours être séché artificiellement jusqu’à l’obtention d’un taux d’humidité équivalent au climat interne du bâtiment, c’est-à-dire 9 à 10 %.

Refroidissement par le sol

Le refroidissement par le sol est une nouvelle technique pour créer une agréable température intérieure. Dans ce cas, c’est de l’eau froide et non chaude qui circule par les conduits. Le refroidissement du parquet accroîtra son taux d’humidité et le fera gonfler. Il faut dès lors prévoir un joint suffisant afin d’éviter d’éventuels dommages. La présence de dispositifs anti-condensation est également importante. En cas de pose sur un système de refroidissement par le sol, la garantie ne s’applique pas et la responsabilité finale incombera entièrement à l’installateur.